Hier soir à l’Hôtel Mpankeion d’Athènes - Place Omonia 18 -  [bâtiment neo-classique du 19e siècle transformé en salle de spectacles] présentation de « L’Amour de Phèdre »  de Sarah Kane [1996], mise en cène d’Angela Bouskou. Le choix du lieu un peu déglingué fait par Angela Bouskou et son actrice principale avec laquelle elle collabore depuis de nombreuses années est totalement adapté à cette tragédie contemporaine accentuant l'aspect décadent des personnages. 

1er étageaffiche

Le texte de Sarah Kane,  disparue à l’âge de 28 ans,  auteure Britannique de plusieurs pièces de théâtre dont "l’Amour de Phèdre"  est la seconde,  a pour support  la version de Sénèque. Bien entendu du personnage d’Hippolyte, prince royal qui lutte contre l’amour de sa belle-mère, Sarah Kane  fait de lui le produit d’un monde contemporain de nantis : corrompu, oisif,obsédé sexuel et nihiliste. 

Hippolyte entrée en scène 1er tableau

Phèdre,amoureuse éperdue de son beau-fils, personnage  blond et diaphane, n’est pas sans rappeler Lady Di à laquelle il est fait allusion au travers de quelques images furtives projetées sur écran. 

Phèdre et Hippolytephedre

Hippolyte : Iannis Papadopoulos 

Phèdre : Parthenopi Bouzouri

Les images ,partie intégrantes  du spectacle, sont cruellement présentes.  Elles envahissent  la scène : actualités violentes, images  crues, pornographiques, extraits de films. 

La pièce de Sarah Kane  revisite le mythe de Phèdre pour l’adapter à la brutalité de notre monde contemporain :  Les scènes les plus violentes comme le viol de Strophe, la sœur d’Hippolyte, par Thésée le mari de Phèdre ainsi que le lynchage d’Hyppolite ont été filmées, projetées sur écran et accompagnées d’une musique.

Hippolyte

 

L’auteur aborde au travers de cette pièce  deux sujets emblématiques de son œuvre : la question de Dieu et la violence. Autant de thèmes qui agitent notre monde depuis l’Antiquité.

 

* Les jeudis, vendredis samedis à 21 h , le dimanche à 19 h 30 jusqu'au 6 Décembre 2020.

Réservation obligatoire.