Hier soir à Athènes évènement littéraire à la Librairie " PUBLIC"

Place Syndagma avec la venue de Edouard Louis.

 Edouard Louis est un jeune homme blond, au teint pâle,  d'une élégante sobriété un peu classique,  au sourire à la fois timide et chaleureux et au timbre de voix affirmé et grave ce qui tranche avec un physique qui peut sembler fragile. 

Edouard Louis portrait

Edouard Louis  écrit des textes courts, sans fioritures stylistiques mais percutants. ["En finir avec Eddy Bellegueule" - " Qui a tué mom père?"]. 

Ses références sont : Bourdieu, Sartre, de Beauvoir.. Il les cite volontiers ... Avec  Godard

Edouard Louis conference 1

Ses livres racontent sa propre enfance, ses parents, les frustations de son père. Ils parlent des pauvres, des oubliés de sa Picardie natale et universelle qui ne sont plus ceux décrits par Zola [une autre de ses références], ni ceux pour lesquels Karl Marx a écrit le Capital.

Ils ne sont plus mineurs. Ils peuvent travailler dans les quelques usines qui existent encore en France, on les retrouve dans les industries modernes, sur les plateformes téléphoniques, dans les hangars géants de distribution, derrière le caisses de supermarché... Ils ont la sécurité sociale et les congés payés. mais ils sont néanmoins pauvres, méprisés, exploités, harcelés et humiliés par la classe dominante qui les accusent de tous les maux. S'ils sont pauvres c'est parce qu'ils ne veulent pas s'en sortir, parcequ'ils sont fainéants, juste bons à tricher pour obtenir des aides sociales. 

Par contre, contrairement à la dialectique du P.C.F. des années 50 qui encensait les pauvres en leur attribuant la valeur travail, le mérite et la moralité, Edouard Louis porte un regard réaliste sur les gens de son village natal, sur sa propre famille. Les pauvres peuvent aussi être racistes, homophobes, misogynes.. Et oui, les pauvres peuvent aussi être méchants mais, affirme l'écrivain, ce n'est pas une raison pour ne pas les défendre. 

Et de là, on se surprend à donner raison à ce jeune homme si blond, si pâle, avec de si bonnes manières. 

On peut lutter contre le racisme sans aimer tous les noirs, contre l'antisémitisme sans aimer tous les Juifs, contre l'homophobie sans aimer tous les homosexuel[les], contre la misogynie sans aimer toutes les femmes, contre les pauvres sans les aimer tous. Affirmer que l'on aime tous les noirs, tous les Juifs, tous les homos, toutes les femmes, tous les pauvres n'est plus un combat mais simplement une posture démagogue.

L'important c'est la lutte.  

Edouard Louiis signature 5Edouard Louis dedicace