Pour faire suite à mon dessin publié hier en ce qui concerne le risque de dictature engendré par tout pouvoir tenu par d'extrême-droite je suis allée à l'Esoace  historique de la Mémoire [1941-1944]situé Korai 4 à Athènes. 

xopos istorikis mnhmis

Dans les sous-sols de ce bel immeuble appartenant à un groupe d'assurances réquisitionné pendant l'occupation par les nazis, on emprisonnait des hommes et des femmes grecs ou de nationalité étrangère. Cette visite est extrêmement impressionnante. Nos pas résonnent sur le sol, l'éclairage blafard est angoissant, les salles se succèdent ouvertes sur des portes blindées. Nous sommes en sous-sol, il y a très peu de lumière. On imagine sans peine l'angoisse que devait ressentir les prisonnier[e]s dans ce lieu aveugle aux murs lépreux d'où personne ne pouvait vous voir ou vous entendre. On imagine les coups, les mauvais traitements. 

porte des cachots

couloir

Sur les murs les prisonnier[es] écrivaient leur nom, la date d'entrée. Certains dessinaient. D'autres témoignaient par de petits mots gravés sur les murs du manque d'eau ou de nourriture. 

Kinstantinos Kobenas

dessins muraux

graffitis cellule des femmesTout au long des couloirs de ce sinistre lieu on craint d'entendre les plaintes et les cris, on pense à toutes ces personnes et, la boule au ventre, on espère que : "plus jamais ça" ...

Tout au moins ici, en France, en Europe, parce que malheureusement on sait qu'ailleurs, en Afrique ou vers l'Orient toute cette misère existe aussi. 

dessins des hommes