La DOCUMENTA 14 aura eu au moins pour avantage de faire réouvrir le Musée d'Art contenporain d'Athènes, fermé depuis 2012 faute de crédit de fonctionnement.

Le bâtiment de l'ancienne brasserie FIX avait été entièrement réhabilité en 2000. L'extérieur est d'un rouge pétant, l'intérieur, au contraire, est tout de béton et de blanc, avec d'immenses espaces comblés par des escaliers mécaniques géants. 

fronton 1 (2)escalierscoursives

Sur l'un des pignons du bâtiment, une banderolle est déployée, comme une  promesse de chanson pop'. 

fronton (3)

 

L'exposition s'ouvre sur les "paquetages compressés" de la Greco-Belge Danai Anesediou, comme des gros fourre-tout de tranches de vie. " Nous sommes [tous] le peuple.Είμαστε όλοι ο λαός.

 danai Anesiadou paquetages compresses

Puis on pénètre dans le monde "totemique" de Kwakwaka' wakh du Canadien Beau Dick,un fier descendant de ceux que l'on nomme pudiquement, ou hypocritement c'est selon: "Les Nations Premières" . We are [all] the people

Beau Dick masquesBeau Dick masques (2)

 

S'ensuit l'installation textile de la Chilienne Cecilia Vicuna :  de la laine rute, teinte en rouge, couleur du sang des femmes. Des mètres de laine nouée qui semble descendue du ciel Andin.  Estamos todo el pueblo.

cecilia Vicuna sculpture en lainececilia Vicuna Sculpture en laine detail

De salle en salle on arrive devant une fresque de l'Indien KG. Subramanyan, Gandhiste, adepte de la non violence. "We [all] are the people." 

Kg suramanyan fresques

Puis, de coursives en escaliers, on arrive presqu'au terme de l'exposition avec un travail sur le nazisme signé du Polonais Piotr Uklanski, présenté sur fond sonore de musique electro-accoustique ponctuée de coups de feu, de vrombissements et de sirènes... Malaise. Jesteśmy wszyscy ludzie.

Le calvaire n'est pas terminé. On découvre le "Champ de Débris" de l'Autrichien Lois Weinberger avec un alignement de boites en carton dans lesquels sont classés des objets trouvés par l'artiste en fouillant la ferme familiale. Wir sind alle Menschen.

lois weinberger champ de debrislois weinberger debris paharmacielois weinberger deris cordeslois weinberger deris journaux

Outre des vidéos en noir et blanc totalement déprimantes, on finit ce parcours du combattant en traversant une salle baignée de lumière et de couleurs et même si les tableaux ne sont pas d'une grande facture on reprend son souffle à travers ce bain de couleurs.

"Nous[tous]sommes le peuple." Et on reprend espoir. De retrouver la sortie du bâtiment,l'avenue bruyante, inondée de soleil, comme une promesse de liberté. 

monochromespolychromes